Accélérer la validation des méthodes alternatives

Partager cet article

La publication des résultats qui ont été présentés à l’occasion du congrès EPAA d’avril 2016 sur les méthodes alternatives en toxicologie établit la liste des défis qui restent à relever.

Les essais sur animaux sont encore nécessaires et imposés pour l’évaluation de la sécurité des substances et des produits, c’est-à-dire la toxicologie. L’Union européenne impose l’utilisation des méthodes alternatives validées dans tous les domaines où elles sont disponibles.

Mais même si beaucoup de méthodes ont été formellement adoptées depuis dix ans et si de nombreuses avancées technologiques et scientifiques ont été réalisées, le remplacement des essais sur animaux n’est pas encore atteint.

L’objet de la réunion de l’EPAA*, Partenariat européen pour les approches alternatives aux essais sur animaux, était d’établir une liste des progrès à réaliser pour augmenter le nombre de méthodes alternatives validées, et en particulier celui des méthodes substitutives c’est-à-dire de remplacement.

La publication très complète (en anglais) des informations données pendant la réunion s’adresse à toutes les personnes intéressées par les méthodes alternatives.

Les principaux objectifs à atteindre sont :

  • une meilleure connaissance des mécanismes de la toxicité
  • le développement de méthodes d’exploration des domaines mal connus
  • une meilleure connaissance de la relation entre ce qui est observé in vitro et in vivo
  • une meilleure définition des domaines d’utilisation des méthodes alternatives
  • une plus large utilisation des approches validées.

Les principaux obstacles au remplacement des essais sur animaux sont les limites technologiques et scientifiques.

* : L’EPAA réunit la commission européenne, des organisations commerciales et les compagnies de sept secteurs industriels pour le développement des méthodes alternatives pour les essais de sécurité


Liens :
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0273230018302137
https://ec.europa.eu/growth/sectors/chemicals/european-partnership-alternative-approaches-animal-testing_fr

Partager cet article
Catégories
L'actualité de la recherche animale sur Twitter

🍭🍰 L'absence de certaines bactéries intestinales (Lactobacillus) pousse la #souris 🐁 à manger des aliments ...riches en #sucres (saccharose)
Une nouvelle preuve que le micrbiote intestinal influence le comportement frénétique vers les friandises sucrées

https://t.co/f5bm38tbwL

🧠🐭#Neurosciences: on sait maintenant comment la #kétamine agit sur le #cerveau
Une étude chez la #souris ...décrit un schéma d'activité neuronale fortement modifié dans le cortex cérébral

https://t.co/iNHnyPgBjO

🧠🐭 #Neurosciences et #prion: une étude chez la #souris montre que la mutation d'une protéine à l'origine de la... maladie de #Parkinson protègerait contre l'atrophie multisystématisée

https://t.co/ckT2Z2OjlZ

💉🧐 #Covid19 et #vaccin: une étude révèle que la #vaccination à 2 doses offre toujours une protection ...significative contre les maladies pulmonaires qui résultent de l'infection chez le #macaque 🐒, 1 an après une vaccination à l'age de 2 mois

https://t.co/MicETvfXTq

🧐🐁 Atrophie musculaire et #cancer: 80% des patients sont atteints de fonte musculaire et 30% d'entre eux en ...meurent
Une étude chez la #souris montre les divers mécanismes de cette perte de tissu musculaire

https://t.co/rELyJfVAX4
https://t.co/4rYUPT3GMo

Charger + de tweets
Suivez-nous
À lire aussi