đŸŽ™ïžÂ Ethosph’R : L’Ă©thologie au service de la rĂ©habilitation

Partager cet article
image_pdf

CrĂ©Ă©e en 2017, Ethosph’R est une association qui a pour objectif de rĂ©habiliter les animaux de laboratoire en s’appuyant sur l’Ă©thologie. Odile Petit, sa prĂ©sidente, nous raconte l’histoire de l’association ainsi que ses particularitĂ©s.

Ce qu'il faut retenir

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Odile Petit

Odile Petit : Je suis Ă©thologue et directrice de recherche au CNRS, spĂ©cialiste des primates et de leurs organisations sociales. J’ai aussi Ă©tĂ© prĂ©sidente de la SociĂ©tĂ© Française pour l’Etude du Comportement Animal (Sfeca), regroupant les Ă©thologues en France. Je me suis engagĂ©e dans la rĂ©habilitation quand Marie-Françoise Lheureux, Ă  la tĂȘte du GRAAL, a sollicitĂ© la Sfeca pour Ă©valuer scientifiquement la rĂ©habilitation d’animaux de laboratoire. Elle avait besoin de cette expertise pour recevoir le soutien de l’AcadĂ©mie de mĂ©decine et de l’AcadĂ©mie vĂ©tĂ©rinaire dans sa dĂ©marche. L’idĂ©e Ă©tant surtout de s’assurer que les conditions de vie des animaux aprĂšs leur rĂ©habilitation seraient bonnes. En tant qu’Ă©thologues, nous sommes en effet les mieux placĂ©s pour rĂ©aliser le suivi des animaux, pour faire le lien entre la sociĂ©tĂ© civile, les dĂ©fenseurs des animaux et les chercheurs. C’est donc ainsi que je suis “rentrĂ©e” dans la rĂ©habilitation, surtout que cela correspondait Ă  mes valeurs Ă©thiques par rapport Ă  l’expĂ©rimentation animale.

Pouvez-vous prĂ©senter Ethosph’R ?

O.P.: Suite Ă  ces collaborations avec le GRAAL, nous avons dĂ©cidĂ© de crĂ©er une association distincte, Ethosph’R, qui est plus axĂ©e sur la rĂ©habilitation scientifique que sur la protection animale Ă  proprement parler. L’association a Ă©tĂ© fondĂ©e par des femmes, majoritairement des Ă©thologues initialement spĂ©cialisĂ©es en primates et en Ă©quins. Notre crĂ©do c’est la promotion du bien-ĂȘtre au travers 3 notions : rĂ©habilitation, resocialisation et sensibilisation.

Comment vous occupez-vous de la réhabilitation ?

O.P. : Avant la rĂ©habilitation, nous allons observer le comportement de l’animal : s’il se rapproche de ses congĂ©nĂšres ou s’il reste isolĂ© par exemple, afin de dĂ©terminer son “potentiel”. Et une fois sorti, nous allons le remettre en contact avec ses congĂ©nĂšres et rĂ©flĂ©chir aux meilleures associations possibles. Nous rĂ©digeons ensuite un protocole, formons les accueillants et surtout des Ă©thologues suivent l’animal pour s’assurer qu’il s’adapte bien et qu’il vivra dans des conditions satisfaisantes aprĂšs sa rĂ©habilitation.

Pour les animaux domestiques, notre maniĂšre de procĂ©der est assez originale : nous collaborons avec botanic© , une enseigne de jardineries et d’animaleries, qui souhaite arrĂȘter son activitĂ© d’animalerie classique pour, Ă  terme proposer, entre autres, des animaux rĂ©habilitĂ©s ou provenant de la SPA. Quand les animaux sortent (majoritairement issus des recherches en agroĂ©cologie pour le moment), ils sont rĂ©ceptionnĂ©s dans les magasins partenaires dans des enclos construits spĂ©cialement pour cet accueil temporaire.. Les adoptants sont formĂ©s et signent leur certificat d’engagement une semaine minimum avant de venir rĂ©cupĂ©rer leur animal en magasin oĂč nos bĂ©nĂ©voles les accueillent et rĂ©pondent aux Ă©ventuelles questions. Ce systĂšme nous permet de fonctionner partout en France car nous n’avons pas besoin de locaux pour hĂ©berger les animaux. Nous gĂ©rons vraiment tout le processus d’adoption et les magasins nous servent uniquement pour la logistique. Une fois l’animal adoptĂ©, nous prenons des nouvelles rĂ©guliĂšrement et prodiguons des conseils. De plus, nous avons crĂ©Ă© des guides pour les espĂšces que nous faisons adopter (rongeurs, lapins, diamants mandarins, primates).

Quels sont les obstacles et difficultés liés à la réhabilitation ?

O.P.: L’aspect administratif peut ĂȘtre une source de tracas : des animaux sont parfois prĂȘts Ă  ĂȘtre adoptĂ©s alors que les documents nĂ©cessaires n’ont pas encore Ă©tĂ© signĂ©s. De mĂȘme, certains adoptants dĂ©cident au dernier moment de ne pas adopter l’animal, causant des dĂ©placements inutiles pour les animaux. Le manque de locaux est Ă©galement une limite.

Peu d’Ă©quipes de recherche le savent mais quand un animal est isolĂ© en laboratoire (quand la recherche le nĂ©cessite), la rĂ©habilitation peut ĂȘtre compliquĂ©e sans resocialisation au prĂ©alable. A Ethosph’R, nous avons des protocoles Ă©prouvĂ©s pour effectuer les resocialisations, nous savons comment faire et sommes lĂ  pour aider les Ă©quipes qui font appel Ă  nous.

Quelles sont vos autres activités ?

O.P. : Nous avons Ă©galement une partie “observer les animaux pour comprendre” afin de sensibiliser les personnels de laboratoire, le grand public et le jeune public.
Ce sont les citoyens de demain. L’observation permet de les sensibiliser et les Ă©duquer au bien-ĂȘtre animal. Nous animons des ateliers au contact d’animaux de ferme, d’animaux domestiques, mais aussi parfois au contact de primates ou des rongeurs, toujours en abordant le thĂšme de l’expĂ©rimentation animale pour que les participants comprennent que le bien-ĂȘtre est bien pris en compte dans ces conditions. Nous essayons toujours d’adapter l’espĂšce au public.

Si c'est pour sortir un animal pour qu'il ait une vie
moins bonne qu’au labo, nous ne voyons pas l'intĂ©rĂȘt.

Que pensez-vous de l’expĂ©rimentation animale ?

O.P. : Je suis moi-mĂȘme expĂ©rimentatrice et je pense que nous sommes actuellement trĂšs loin de pouvoir s’en passer. NĂ©anmoins j’estime qu’il faut raffiner les pratiques, mais il faut aussi donner les outils, former le personnel pour permettre ce raffinement. Nous devons aller plus loin que le simple cadre lĂ©gislatif et ĂȘtre proactifs en ce qui concerne l’amĂ©lioration des pratiques. Le statut de membre d’association me permet plus de libertĂ©s de conseil dans ce cas-lĂ .

Si des collĂšgues ont des pratiques discutables ou mal adaptĂ©es, je n’hĂ©site pas Ă  leur en parler.

Quelques réhabilitations surprenantes

Jackie et Dexter

Pour les primates, nous avons plusieurs rĂ©ussites inter-espĂšces avec des provenances diverses Ă  notre actif : un mĂąle macaque rhĂ©sus sorti de laboratoire qui s’est liĂ© Ă  une femelle babouin qui sortait d’un cirque (nous travaillons Ă©galement Ă  la rĂ©habilitation de ces animaux avec le Jane Goodall Institute France). De mĂȘme, nous avons maintenant un mĂąle macaque Ă  longue queue et une femelle macaque rhĂ©sus qui vivent ensemble et cette paire est trĂšs Ă©quilibrĂ©e socialement.

Combien y a-t-il de salariés et bénévoles ?

O.P. : Entre 45 et 50 bĂ©nĂ©voles constituent la force de l’association sur le territoire français, mais notre organisation garde malgrĂ© tout son noyau en Alsace. RĂ©cemment, nous avons pu embaucher notre premiĂšre salariĂ©e. Elle se consacre essentiellement aux questions de rĂ©habilitation et de sensibilisation.

En quoi l’Ă©thologie est-elle importante pour la rĂ©habilitation ?

O.P. : Pour savoir si un animal est dans un environnement adaptĂ©, il faut pouvoir ĂȘtre capable de l’observer et dĂ©crypter ses comportements sans projeter notre point de vue humain et faire de l’anthropocentrisme. Si on pense qu’un animal va bien ou non selon des critĂšres pour humains, on fait souvent fausse route. Comprendre un animal permet de bien s’en occuper. C’est une chose qui est doit ĂȘtre comprise par le grand public mais aussi encore par certains personnels de laboratoire.

Quels sont vos projets Ă  venir ?

O.P. : Nous trouvons que faire des centaines de kilomĂštres pour faire adopter des souris de laboratoire est absurde du point de vue du bien-ĂȘtre animal. Nous avons en projet d’en faire rĂ©habiliter dans des classes d’Ă©cole, qui sont bien Ă©videmment rĂ©parties sur tout le territoire. Le but serait multiple : initier les enfants Ă  l’Ă©tude du comportement animal, Ă  les responsabiliser, Ă  leur apprendre Ă  fabriquer des enrichissements, tout en donnant une seconde vie Ă  ces animaux. Les magasins botanic© sont dĂ©jĂ  partants pour fournir le matĂ©riel et une enquĂȘte a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© lancĂ©e auprĂšs des Ă©coles, lesquelles sont pour la majoritĂ© trĂšs intĂ©ressĂ©es. Ce serait une voie pour simplifier la rĂ©habilitation des animaux tout en respectant notre mission de sensibilisation.

Une nouvelle vie pour l’ancien zoo
de l’Orangerie de Strasbourg

Le 2 juillet 2024, un nouveau projet a Ă©tĂ© annoncĂ© avec l’ouverture dĂ©but 2025 d’un centre d’initiation Ă  l’Ă©thologie avec des animaux rĂ©habilitĂ©s de la recherche au sein du parc de l’Orangerie Ă  Strasbourg. Ce centre, qui fait partie d’un projet plus large qui regroupe plusieurs associations, portera le nom de MICADO pour Maison d’Initiation au Comportement Animal de l’Orangerie.

Pour contacter et rester en contact avec Ethosph'R

image_pdf
Partager cet article
Catégories
L'actualité de la recherche animale sur X

🐀🌿 Un chercheur 👹‍🔬 a eu l'idĂ©e de libĂ©rer des rats de laboratoire dans la nature ! DĂ©couvrez la ...raison au cours d'une vidĂ©o đŸ“č passionnante
👉

🐟🧠 Les poissons zĂšbres, champions đŸ„‡ de la rĂ©gĂ©nĂ©ration ! L'Ă©tude de l'Ă©volution des cellules souches de ...ces poissons pourrait nous permettre de franchir un pas de plus vers la mĂ©decine rĂ©gĂ©nĂ©rative
👉

📊🐁Statistiques d'utilisations d'animaux en 2022 : la Chaire bien-ĂȘtre animal revient dessus avec un article ...richement illustrĂ© !
👉

🐝🧠 AprĂšs les vertĂ©brĂ©s đŸ­đŸ¶ et les cĂ©phalopodes🐙, les insectes đŸȘ° vont-ils Ă  leur tour voir leur ...utilisation encadrĂ©e en recherche ? Le Monde consacre un dossier traitant de la question
👉

Charger + de tweets
Suivez-nous
À lire aussi