Importance des modèles animaux dans la recherche contre la covid-19 : une nouvelle analyse des publications

Partager cet article
Détail des résultats en matière de virulence et de transmission des variants de la covid en fonction des modèles animaux. © CC0 Muñoz-Fontela et al.

L’OMS a fondé dès février 2020 un groupe d’experts chargés de la modélisation de la maladie (WHO-COM) afin d’aider au développement de vaccins et de médicaments contre la covid. Ce panel a notamment publié dans Nature, en septembre 2020, un premier article scientifique passant en revue les apports des modèles animaux dans la lutte contre la pandémie[1].

Le WHO-COM a sorti au mois de janvier un nouvel article, dans la revue PLOS Pathogens, réaffirmant l’utilité des modèles animaux face aux questions soulevées par l’apparition de variants dits « préoccupants » et par un accès inégal à la vaccination selon les populations. Ces travaux ont réuni vingt-sept chercheurs, issus de vingt laboratoires internationaux (Allemagne, États-Unis, Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Suisse, Espagne, Australie).

L’article souligne par exemple que les études précliniques des vaccins contre la covid sur des primates ont prédit avec succès les résultats des études cliniques. Différents travaux sur des rongeurs et des primates ont aussi aidé à évaluer à quel point l’immunité à la souche originelle du virus, qu’elle provienne d’une vaccination ou d’une infection, est efficace contre les variants, à mesurer la virulence de ces derniers ou encore à mieux comprendre l’impact des comorbidités. Les chercheurs concluent en indiquant que les modèles animaux pourraient éclaircir d’autres pans de la lutte contre la covid, notamment via une meilleure connaissance des variants et par la possibilité de découvrir des biomarqueurs utiles au suivi de l’évolution de la maladie chez les humains. Les auteurs souhaitent également voir apparaître des modèles animaux précliniques pour l’étude des formes sévères, voire mortelles, de la covid chez l’homme.

Référence

César Muñoz-Fontela et al. Advances and gaps in SARS-CoV-2 infection models. PLOS Pathogens, January 13, 2022.

https://doi.org/10.1371/journal.ppat.101016

[1] Muñoz-Fontela, C., Dowling, W. E., Funnell, S.G.P. et al. Animal models for COVID-19Nature 586, 509–515 (2020). https://doi.org/10.1038/s41586-020-2787-6

Partager cet article
Catégories
L'actualité de la recherche animale sur Twitter

🍭🍰 L'absence de certaines bactéries intestinales (Lactobacillus) pousse la #souris 🐁 à manger des aliments ...riches en #sucres (saccharose)
Une nouvelle preuve que le micrbiote intestinal influence le comportement frénétique vers les friandises sucrées

https://t.co/f5bm38tbwL

🧠🐭#Neurosciences: on sait maintenant comment la #kétamine agit sur le #cerveau
Une étude chez la #souris ...décrit un schéma d'activité neuronale fortement modifié dans le cortex cérébral

https://t.co/iNHnyPgBjO

🧠🐭 #Neurosciences et #prion: une étude chez la #souris montre que la mutation d'une protéine à l'origine de la... maladie de #Parkinson protègerait contre l'atrophie multisystématisée

https://t.co/ckT2Z2OjlZ

💉🧐 #Covid19 et #vaccin: une étude révèle que la #vaccination à 2 doses offre toujours une protection ...significative contre les maladies pulmonaires qui résultent de l'infection chez le #macaque 🐒, 1 an après une vaccination à l'age de 2 mois

https://t.co/MicETvfXTq

🧐🐁 Atrophie musculaire et #cancer: 80% des patients sont atteints de fonte musculaire et 30% d'entre eux en ...meurent
Une étude chez la #souris montre les divers mécanismes de cette perte de tissu musculaire

https://t.co/rELyJfVAX4
https://t.co/4rYUPT3GMo

Charger + de tweets
Suivez-nous
À lire aussi