Utilisation d’animaux à des fins scientifiques : réflexions sur un dilemme éthique

Partager cet article

Alors que la Suisse s’exprimera dans quelques jours sur une potentielle interdiction de l’utilisation d’animaux à des fins scientifiques, le débat helvète soulève des questionnements éthiques qui font écho aux préoccupations françaises. À commencer par : comment ajuster la balance entre bénéfice sociétal et dommages infligés aux animaux ? Ces derniers bénéficient d’un droit légal à la protectionqu’il faut réussir à garantir.

Les limites du « peser le pour et le contre »

Dès lors qu’un animal est utilisé à des fins scientifiques, cet acte doit être justifié. Comment ? C’est là le cœur du problème éthique de l’expérimentation animale. Le bénéfice de cette pratique (connaissance, impact sanitaire et environnemental, etc.) est souvent soupesé en l’opposant à la souffrance infligée aux animaux de laboratoire utilisés pour y parvenir. Or, les deux sont très difficilement comparables.

« Pour qu’une pesée d’intérêts soit judicieuse, il faut au préalable vérifier que la règle des 3R (Remplacer, Réduire, Raffiner) a été appliquée », rapporte au média Pressportal Herwig Grimm, professeur d’éthique animale à l’Université de Vienne. Le principe des 3R a l’avantage de s’appuyer sur la logique scientifique. Dans ce cadre, appliquer autant que possible le « remplacement » par des méthodes alternatives élimine en grande partie le problème moral. Et lorsque cela n’est pas envisageable, il devient crucial de se demander : quel va être le coût inévitable pour les animaux en vue d’atteindre un objectif de recherche ?

Une méthode à améliorer, un débat à étendre

Des recherches sur l’application des 3R sont encore nécessaires afin de faciliter leur implémentation. Il reste notamment à déterminer les domaines où son potentiel est important et à identifier les éventuels freins à leur mise en place. Au-delà de l’expérimentation animale, le devenir des animaux après les expériences, ainsi que leur élevage en laboratoire, sont deux débats éthiques qui demeurent en suspens.

En savoir plus : Expérimentation animale et 3R: entretien avec l’éthicien Herwig Grimm

Partager cet article
Catégories
L'actualité de la recherche animale sur Twitter

🐶🧐 Les #chiens mâles sont 4 à 5x + susceptibles que les chiennes d'être infectés par la forme oro-nasale de ...la tumeur vénérienne transmissible canine !

https://t.co/ygFY6MLSwj

😍🤞 #Hépatite A: une molécule thérapeutique ciblant les complexes moléculaires nécessaires à la réplication... du #virus, et administrée per os, stoppe la réplication virale et inverse l'inflammation du #foie chez la #souris 🐁

https://t.co/ECiQ9GrPGW

🐒✈️ Sous la pression d'associations animalistes, @airfrance met fin au transport de primates
Une recherche qui... pourrait ainsi se déplacer vers des pays à la réglementation moins exigeante en termes de bien-être animal
Est-ce un progrès ?

https://t.co/q7zUwP4B6K

🧐🐁 #Souris de laboratoire: d'Aristote à Claude Bernard, de l'Antiquité à nos jours, ce rongeur a beaucoup ...apporté à l'humanité !
Zoom sur un dossier de @franceculture

https://t.co/FVUsWA5cOA

🦠💉 #Grippe A #influenza: bientôt un #vaccin universel? Il protègerait la #souris quel que soit son âge, contre... différentes souches et sous-types de virus (H1N1, H5N1, H9N2, H3N2, H7N9)

https://t.co/2R067xLIot

Charger + de tweets
Suivez-nous
À lire aussi