đŸŽ™ïž RĂ©habilitation : suivez le lapin blanc !

Partager cet article
image_pdf

Association crĂ©Ă©e en 2014, White Rabbit offre aux animaux de laboratoires une retraite auprĂšs de familles d’adoptants. Nous avons questionnĂ© Julie Bienvenu, prĂ©sidente et cofondatrice de White Rabbit, sur la genĂšse, les projets et les succĂšs de l’association qui fĂȘte ses 10 ans.

Julie Bienvenu – @Delphine Stibon

Pouvez-vous vous présenter ?

Julie Bienvenu : J’ai fait des Ă©tudes d’histoire puis de journalisme et j’en ai fait mon mĂ©tier. Lors de mes Ă©tudes, on m’a offert une lapine, qui a totalement changĂ© la suite de mon parcours ! Je dĂ©couvrais totalement cette espĂšce, et j’ai appris Ă©normĂ©ment sur ses besoins, son comportement ou encore ses problĂšmes de santĂ©. J’ai Ă©tĂ© bĂ©nĂ©vole dans une association qui recueillait puis faisait adopter des lapins de compagnie abandonnĂ©s. C’est lĂ  que j’ai rencontrĂ© Doris Lou Demy, avec qui j’ai fondĂ© White Rabbit en 2014. Je suis prĂ©sidente de l’association depuis 2020. Et nous fĂȘtons aujourd’hui nos 10 ans !

Quelles raisons vous ont poussée à vous occuper des animaux de laboratoire en particulier ?

JB : Doris Lou Ă©tant chercheuse, nous avons rapidement souhaitĂ© faire quelque chose pour les animaux de laboratoire. Nous avons alors dĂ©couvert qu’il Ă©tait possible, et surtout lĂ©gal, de replacer les animaux en fin de protocole expĂ©rimental. Malheureusement, trĂšs peu de lapins bĂ©nĂ©ficiaient de la rĂ©habilitation, c’était Ă  l’Ă©poque la deuxiĂšme espĂšce la plus utilisĂ©e en laboratoire. Nous avons donc souhaitĂ© mettre Ă  profit notre expĂ©rience et nos connaissances de cette espĂšce en crĂ©ant White Rabbit en mai 2014.

Anniversaire

Le 25 mai, White Rabbit fĂȘtera ses 10 ans Ă  la salle des fĂȘtes de mairie du 14e arrondissement de Paris. Au programme : 

  • Des Ă©changes avec les membres de l’association et ses partenaires privilĂ©giĂ©s ;
  • L’illustratrice Margerie Leray exposera et vendra ses oeuvres ;
  • La prĂ©sentation du nouveau livre de White Rabbit, en partenariat avec Urban Sketchers Paris ;
  • Des portraits d’animaux rĂ©habilitĂ©s ;
  • Des confĂ©rences.
Cliquez pour agrandir

Pouvez-vous présenter White Rabbit ?

JB : L’unique objectif de White Rabbit est la rĂ©habilitation des animaux de laboratoire. L’une de nos missions est de faire connaĂźtre le concept de rĂ©habilitation auprĂšs du grand public mais aussi des scientifiques, qui sont encore trop peu nombreux Ă  savoir qu’il est possible de replacer les animaux. Le but est aussi et surtout de proposer une alternative concrĂšte Ă  l’euthanasie en prenant directement en charge les animaux, en les plaçant dans des familles d’accueil bĂ©nĂ©voles et en les faisant adopter par des particuliers. Les animaux sont vraiment au cƓur de notre projet.

L’association compte une quarantaine de bĂ©nĂ©voles et plus d’une trentaine de familles d’accueil actives en permanence, ce nombre augmentant sur l’ensemble de l’annĂ©e. Une partie d’entre eux sont des scientifiques ou travaillent dans le domaine de la recherche et sont heureux de pouvoir leur offrir une seconde vie. En moins de 10 ans, White Rabbit a permis Ă  plus de 2 600 animaux de sortir des laboratoires et de trouver un nouveau foyer.

@White Rabbit

Est-ce que White Rabbit ne s’occupe que des lapins de labo ? Quelles autres espĂšces d’animaux prenez-vous en charge ?

JB : Nous avons commencĂ© par prendre en charge les lapins, parce que c’était l’espĂšce que nous connaissions la mieux et nous souhaitions nous assurer que la rĂ©habilitation leur serait vraiment bĂ©nĂ©fique – ce qui ne fait plus aucun doute ! Puis, petit Ă  petit, nous avons pris en charge d’autres espĂšces, Ă  la demande des laboratoires : d’abord des rats, puis des souris et des poissons, des cobayes, des furets et depuis l’an dernier, des hamsters. Nous avons pu le faire grĂące Ă  l’arrivĂ©e de nouveaux bĂ©nĂ©voles qui connaissaient bien leurs besoins.

White Rabbit reste spĂ©cialisĂ©e dans les NAC (nouveaux animaux de compagnie) car ce sont les plus nombreux Ă  ĂȘtre utilisĂ©s en laboratoire et malheureusement trop souvent, les moins considĂ©rĂ©s.

Que pensez-vous du recours aux animaux pour la recherche ?

JB : Nous sommes trĂšs pragmatiques : il y a des animaux dans les laboratoires et certains peuvent ĂȘtre sauvĂ©s. Donc en attendant qu’une recherche sans animaux soit possible, nous Ɠuvrons pour en replacer un maximum dans les meilleures conditions possibles.

En attendant qu’une recherche sans animaux soit possible, nous Ɠuvrons
pour en replacer un maximum dans les meilleures conditions possibles.

Quelles sont les principales Ă©tapes du processus de mise Ă  la retraite ? Comment cela se passe concrĂštement ?

JB : Les laboratoires nous contactent lorsqu’ils ont des animaux Ă  replacer. Nous leur demandons alors un maximum d’informations : Ăąge, sexe, nombre, par combien ils sont hĂ©bergĂ©s, le type de protocole ainsi que la date Ă  laquelle ils sont sortants et combien de temps ils peuvent les garder. En effet, comme nous n’avons pas de refuge, nous devons nous assurer d’avoir une famille disponible pour les accueillir avant de valider la prise en charge. Le laboratoire doit faire un certificat vĂ©tĂ©rinaire et l’envoyer aux directions dĂ©partementales de la protection des populations (DDPP) de dĂ©part et d’arrivĂ©e qui dĂ©livrent l’autorisation de replacement. Nous Ă©tablissons Ă©galement un contrat entre White Rabbit et le laboratoire. Enfin, c’est un bĂ©nĂ©vole de l’association qui va chercher les animaux au laboratoire et les amĂšne aux familles afin de garantir la confidentialitĂ©. Ces dĂ©marches peuvent paraĂźtre lourdes la premiĂšre fois, mais les laboratoires ont la possibilitĂ© de demander des autorisations triennales pour les petits animaux.

Quelles sont les conditions de vie que vous offrez aux animaux une fois à la retraite ? 

JB : Notre credo est vraiment que ces animaux aient les meilleures conditions de vie possible. Nos conditions d’accueil respectent leurs besoins, notamment en terme d’habitat : les lapins doivent vivre en semi-libertĂ© ou libertĂ© totale dans un environnement sĂ©curisĂ© au sein de la maison, les souris et les hamsters ont des cages de grandes dimensions, etc. Nous veillons aussi Ă  ce que les animaux grĂ©gaires comme les rats ou les souris ne vivent pas seuls, Ă  l’inverse des hamsters syriens qui sont solitaires. Le clichĂ© sur ces petits animaux qui se contenteraient de petits habitats persiste mais de plus en plus d’adoptants ont Ă  cƓur de leur offrir le meilleur.

Il est important aussi qu’ils soient suivis par des vĂ©tĂ©rinaires qui connaissent bien ces espĂšces pour assurer les soins de base (check-up, vaccination, stĂ©rilisation) ainsi que tous les examens et traitements nĂ©cessaires. Les frais vĂ©tĂ©rinaires reprĂ©sentent d’ailleurs plus de 60% de nos dĂ©penses.

@White Rabbit

Pourquoi avoir fait le choix de passer par des familles d’accueil ?

JB : La famille d’accueil permet d’avoir un suivi individualisĂ© de chaque animal, ou de chaque groupe d’animaux. Elle va les sociabiliser et adapter progressivement leur mode de vie (nouvel habitat, changement d’alimentation, etc.). L’association peut fournir si besoin le matĂ©riel et l’alimentation. Les bĂ©nĂ©voles sont lĂ  pour accompagner et conseiller les familles. Cela permet aussi de mieux connaĂźtre les caractĂšres des animaux et donc de trouver les meilleurs adoptants.

Avez-vous des nouvelles réguliÚres des animaux que vous avez placés en retraite ?

JB : Nous avons des bĂ©nĂ©voles chargĂ©s du suivi post-adoption : ils continuent de suivre les animaux tout au long de leur vie. Cela nous permet aussi de donner des nouvelles aux personnes des laboratoires qui le souhaitent, souvent les animaliers qui prennent soin d’eux au quotidien.

En vente Ă  partir du 26 mai

Livre

Quand les animaux sortent du labo : Les petits protĂ©gĂ©s de White Rabbit posent pour les artistes d’Urban Sketchers Paris

Processus de rĂ©habilitation, rencontre avec un laboratoire et un vĂ©tĂ©rinaire NAC, tĂ©moignages des familles d’accueil ou des adoptants
 Vous saurez tout sur la rĂ©habilitation mise Ă  l’honneur par les 12 dessinateurs d’USK qui sont allĂ©s croquer les animaux de White Rabbit et leur famille.

Avez-vous des liens avec les autres associations impliquĂ©es dans le replacement d’animaux ?

JB : Il existe malheureusement trĂšs peu d’associations spĂ©cialisĂ©es dans le replacement des animaux de laboratoire en France. White Rabbit a dĂ©jĂ  pris en charge des animaux via le GRAAL. Nous plaçons aussi ponctuellement des animaux dans des associations NAC, qui s’occupent d’animaux abandonnĂ©s mais ont des conditions d’accueil similaires aux nĂŽtres, comme Le Bazar des NAC ou Marguerite&Cie.

Depuis les débuts de White Rabbit, comment avez-vous vu les choses évoluer concernant la réhabilitation ?

JB : Il nous a fallu du temps pour que les laboratoires nous accordent leur confiance, puisque les premiers lapins ont Ă©tĂ© pris en charge un an aprĂšs la crĂ©ation de l’association. Dix ans plus tard, plus d’une quarantaine de laboratoires Ă  travers la France ont rĂ©habilitĂ© des animaux avec White Rabbit, et plusieurs d’entre eux le font rĂ©guliĂšrement. De nombreux animaliers nous disent qu’ils seraient aujourd’hui incapables d’euthanasier sans rĂ©flĂ©chir au replacement de leurs animaux. Globalement on constate aussi que les animaux sont en meilleure santĂ© (changement de fournisseur aprĂšs avoir fait remonter aux laboratoires des soucis de santĂ© rĂ©currents par exemple) et sont aussi mieux sociabilisĂ©s au sein du laboratoire.

Il faut une vraie volonté publique pour que les choses changent,
que le replacement ne repose plus uniquement sur la bonne volonté
des associations et de quelques personnes au sein des laboratoires.

Quelles sont les difficultés ou les obstacles auxquels White Rabbit est confrontée dans le cadre de cette mission ? Que faudrait-il faire pour améliorer et faciliter la mise à la retraite des animaux ?

JB : Notre fonctionnement avec des familles d’accueil limite nos capacitĂ©s de prise en charge, nous ne pouvons donc pas rĂ©pondre aux demandes concernant un nombre important d’animaux. Par contre, nous pouvons rĂ©pondre aux besoins spĂ©cifiques des animaux les plus fragiles ou ĂągĂ©s.

L’association fonctionne uniquement avec des bĂ©nĂ©voles et l’encadrement des familles d’accueil demande beaucoup de temps et de disponibilitĂ©. Pour pouvoir prendre en charge plus d’animaux, il faudrait que l’association ait un salariĂ©, mais ce n’est actuellement pas possible car nous sommes financĂ©s quasi exclusivement par les dons des particuliers.

Nous avons bien conscience que notre modĂšle ne permettra pas d’offrir une retraite Ă  tous les animaux de laboratoire : nous rĂ©habilitons environ 200 animaux par an, alors que plus de 2 millions sont utilisĂ©s. Il faut une vraie volontĂ© publique pour que les choses changent, que le replacement ne repose plus uniquement sur la bonne volontĂ© des associations et de quelques personnes au sein des laboratoires. Il faut que cela soit plus largement discutĂ©, prĂ©vu dans les budgets mais aussi que le nombre d’animaux de laboratoire utilisĂ©s soit drastiquement rĂ©duit.

TĂ©moignages

“Je suis bĂ©nĂ©vole pour White Rabbit depuis un an, je traite les demandes d’adoption pour les rats. M’occuper du soin des animaux de laboratoire, c’est mon mĂ©tier. Si j’ai choisi de rejoindre l’association, c’est pour pouvoir faire davantage pour eux. C’est vraiment gratifiant de pouvoir participer Ă  offrir une seconde vie Ă  ces animaux. Chaque rat replacĂ© est une rĂ©elle satisfaction personnelle et collective.“

Nicolas Lesueur, zootechnicien
et bénévole pour White Rabbit

“PassionnĂ©e par les souris et trĂšs sensible Ă  la cause des animaux de laboratoire, devenir famille d’accueil pour des souris rĂ©habilitĂ©es Ă©tait pour moi une Ă©vidence. Je leur offre un environnement de vie adaptĂ©, sĂ©curisĂ© et chaleureux et je contribue ainsi Ă  leur bien-ĂȘtre et Ă  leur sociabilisation jusqu’à leur adoption. C’est une maniĂšre concrĂšte de participer au processus de rĂ©habilitation. Suivre l’évolution de ces souris au fil des jours est pour moi un privilĂšge et une expĂ©rience incroyablement enrichissante. “

Carole Grange, famille d’accueil
souris pour White Rabbit

Quelques chiffres

Pour contacter et rester en contact avec White Rabbit

image_pdf
Partager cet article
Catégories
L'actualité de la recherche animale sur X

🐀🌿 Un chercheur 👹‍🔬 a eu l'idĂ©e de libĂ©rer des rats de laboratoire dans la nature ! DĂ©couvrez la ...raison au cours d'une vidĂ©o đŸ“č passionnante
👉

🐟🧠 Les poissons zĂšbres, champions đŸ„‡ de la rĂ©gĂ©nĂ©ration ! L'Ă©tude de l'Ă©volution des cellules souches de ...ces poissons pourrait nous permettre de franchir un pas de plus vers la mĂ©decine rĂ©gĂ©nĂ©rative
👉

📊🐁Statistiques d'utilisations d'animaux en 2022 : la Chaire bien-ĂȘtre animal revient dessus avec un article ...richement illustrĂ© !
👉

🐝🧠 AprĂšs les vertĂ©brĂ©s đŸ­đŸ¶ et les cĂ©phalopodes🐙, les insectes đŸȘ° vont-ils Ă  leur tour voir leur ...utilisation encadrĂ©e en recherche ? Le Monde consacre un dossier traitant de la question
👉

Charger + de tweets
Suivez-nous
À lire aussi