Entre le bien-être du rat d’égout et la santé publique, faut-il choisir ?

Partager cet article

Le Gircor relaie un communiqué de presse de l’Académie nationale de médecine :

Le rat d’égout prolifère de façon inquiétante dans les grandes villes, en particulier dans la capitale. Qu’on le nomme Rattus norvegicus, rat brun ou surmulot, c’est la plus nuisible des espèces commensales de l’Homme en raison de ses grandes capacités d’adaptation, de ses exigences alimentaires, de son intense prolificité et surtout, des zoonoses bactériennes, virales et parasitaires dont il peut être vecteur.

Les rats d’égout prolifèrent en milieu urbain dans les zones où ils trouvent des ressources alimentaires, de l’eau et des endroits pour nicher. Avec un ratio de 1,5 à 1,75 rats par habitant, Paris et Marseille feraient partie des 10 villes les plus infestées au monde. À un tel niveau de densité de population, ces rongeurs à vie nocturne sortent des caves et des égouts et deviennent visibles le jour dans les rues, les parcs et les jardins, dans tous les lieux où ils peuvent trouver de quoi se nourrir et s’hydrater (caniveaux, poubelles, aires de pique-nique, marchés, habitations…).

Certains défenseurs de la condition animale arguent que Rattus norvegicus est l’espèce dont dérive le rat domestique d’élevage, facile à apprivoiser comme rat de laboratoire ou nouvel animal de compagnie (NAC). Plaidant pour que la relation entre le rat d’égout et l’Homme ne soit plus considérée comme un commensalisme nuisible, mais comme une véritable symbiose, une élue de ce courant de pensée au sein de la capitale a récemment demandé de « légitimer la place des rats dans la ville », de reconnaître leur utilité comme « auxiliaires dans la gestion des déchets en ville », de les nommer « surmulots pour éviter de les stigmatiser », et de renoncer à les éliminer au nom du « bien-être animal ».

Face à l’ingénuité de ces propos, qui bénéficient parfois d’une écoute favorable il importe de rappeler que le rat reste une menace pour la santé humaine en raison des nombreuses zoonoses transmissibles par ses exoparasites, ses déjections, ses morsures ou ses griffures.

  • C’est par la puce du rat, Xenopsylla cheopis, que se transmet la peste bubonique due à Yersinia pestis, le typhus murin dû à Rickettsia typhi, la bartonellose due à elizabethae.
  • Les urines du rat peuvent contaminer l’environnement par des leptospires ; il est le principal réservoir mondial de la leptospirose, maladie redoutable pour les personnes exposées professionnellement (égoutiers) ou les propriétaires de NAC [1].
  • Ses fèces peuvent contaminer la chaîne alimentaire par des salmonelles, notamment les œufs crus et les ovoproduits [2].
  • La morsure du rat peut inoculer une bactérie présente dans sa salive, Streptobacillus moniliformis, qui peut provoquer une septicémie rapidement mortelle en l’absence d’une antibiothérapie précoce.
  • Le rat peut aussi héberger de nombreuses autres bactéries pathogènes pour l’Homme, telles que Staphylococcus aureusEscherichia coliMycobacterium bovisStreptococcus pneumoniaeCampylobacter Yersinia pseudotuberculosis et Clostridium difficile. Il représente ainsi une source importante de bactéries résistantes aux antibiotiques dans l’environnement humain.
  • Plusieurs zoonoses virales sont imputables aux rats : la fièvre hémorragique avec syndrome rénal (hantavirose) due au virus Séoul, l’hépatite E due à un hepevirus (HEV-C) [3], la chorioméningite lymphocytaire due à un arénavirus. Ils peuvent aussi être porteurs asymptomatiques d’Orthopoxvirus (cowpox, monkeypox) [4]. En France, le rat est aussi impliqué dans certaines zoonoses parasitaires et mycotiques (trichinellose, toxoplasmose, capillariose, cryptosporidiose, teigne).

La surpopulation de rats d’égout dans les grandes villes, comme Paris et Marseille, est un véritable danger pour la santé publique. C’est pourquoi l’Académie nationale de médecine recommande :

  • que les mairies promeuvent un plan de propreté urbaine, rigoureux et pérenne, pour supprimer les déchets alimentaires accessibles aux rongeurs, s’appliquant essentiellement au nettoyage de la voirie, des parcs et jardins, ainsi qu’à la collecte des ordures ménagères ;
  • que les mairies entreprennent, en liaison avec les syndics et les bailleurs, de vigoureuses campagnes de dératisation dans les habitations et l’environnement urbain chaque fois qu’une surpopulation de rongeurs est constatée (rats visibles dans la journée) ;
  • que des captures de rats d’égouts soient effectuées régulièrement afin de surveiller le portage d’agents pathogènes et de détecter d’éventuelles émergences ;
  • d’améliorer, dans un contexte « une seule santé », la diffusion des connaissances en médecine humaine et en médecine vétérinaire sur les zoonoses véhiculées par ces rongeurs, notamment à l’intention des propriétaires de NAC.

Références

  1. Kraijenhoff GHPS et al. Leptospirose pédiatrique sévère causée par un rat de compagnie. Ned Tijdschr Geneeskd, 2022 ; 166 : D6017.
  2. Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Salmonella Outbreaks Linked to Backyard Poultry. National Center for Emerging and Zoonotic Infectious Diseases (NCEZID); 2022.
  3. Parraud D et al. Rat Hepatitis E Virus: Presence in Humans in South-Western France? Front Med. 2021 ; 8 : 726363.
  4. Campe H et al. Cowpox Virus Transmission from Pet Rats to Humans, Germany. Emerg Infect Dis, 2009 ; 15(5) : 777‑80.”

Source : Académie de médecine

Partager cet article
Catégories
L'actualité de la recherche animale sur Twitter

⚠️Second épisode consacré au fact-checking du Libé des animaux. Chiffres approximatifs, raccourcis trompeurs, ...inexactitudes flagrantes... tout y est 😱 ! https://t.co/yOgcRv5AJ2

🦴😍 Un modèle 3D de l’ #ostéosarcome permet la création d'une plateforme du criblage des options ...thérapeutiques et médicamenteuses dans les premiers et stades avancés de l’ostéosarcome
#Chimio + thérapie génique réduit la croissance tumorale

https://t.co/1tx8QRFnIS

🧐🤞 #Cancer du #pancréas: 90 % des patients atteints d'adénocarcinome canalaire pancréatique sont porteurs de ...mutations du gène KRAS
Une molécule stimule l'augmentation des lymphocytes T et limite le risque de récidive après immunothérapie chez la 🐁

https://t.co/uNgFgwo96H

🐭🎀 #Cancer du #sein triple négatif: la combinaison de micelles chargées de Tranilast + nano #immunothérapie ...permet la reprogrammation des fibroblastes associés au cancer et une meilleure pénétration des médicaments et lymphocytes T dans la tumeur

https://t.co/VQ726OHswE

Roland Cash de l'association Transcience affirme que l'#expérimentationanimale pourrait être remplacée dans 10 ans....

Un article plein d'approximations et d'erreurs scientifiques. Débunkage : ⤵️

@Reporterre @GIRCOR #scicomm

https://t.co/IX1osFZF3l

Charger + de tweets
Suivez-nous
À lire aussi